Courtes réflexions sur le Nouvel Age

Nous sommes le dimanche 29 juillet 2012. Il est cinq heures trente du matin. Je suis de plus en plus persuadé que le combat contre les dérives sectaires est primordial. Si nous ne faisons pas attention, l'obscurantisme va être de retour, dans une cacophonie de petits gourous et de cortèges de pratiques amalgamant des croyances mal digérées du passé. Le nouvel âge est dangereux dans son essence même et nie les connaissances scientifiques en imposant l'escroquerie intellectuelle. Il croit inventer une nouvelle culture et préfacer une nouvelle société en proposant des « techniques » niant certes la société de consommation, mais profitant avec désinvolture de l'argent des autres… L’être est plus important que l'avoir, mais le « développement personnel » a du mal à occulter le mercantilisme développé par le nouvel âge. Par ailleurs, croyant améliorer les potentiels de la personne, il l'enferme en fait dans une recherche du néant. Le pseudo thérapeute et le pseudo formateur deviennent des freins à la liberté, bien loin des richesses intellectuelles des philosophes du Lycée d'Aristote, de l'Académie de Platon, du Jardin des épicuriens ou du siècle des lumières… Faisant en apparence fi de la richesse, ils nous proposent le monde de la pauvreté intellectuelle et une société basée sur le moi. Ils créent des notions qui s'opposent à l'entendement auquel l'homme peut modestement prétendre, à savoir la science. Les idées et les agissements sont liés. Ce que l'on préconise peut devenir ce que l'on impose, avec tout ce que cela comporte d'atteinte au libre arbitre. Il y a dans le « New Age » un relent de totalitarisme qu'il convient de combattre avant que le petit gourou ne devienne le grand manipulateur. C'est un devoir de dénoncer la naïve « pensée positive », la numérologie, les patas médecines, la kinésiologie, la magie blanche, l’angéologie, certains reikis… Et toutes ces nouvelles « techniques » qui ne relèvent même pas de la transcendance. Nous fonçons contre le mur si nous ne stoppons pas cet envahissement. Nous risquons de nouvelles guerres de religion et la création de nouveaux bastions communautaristes. Oui, c'est un nouvel obscurantisme que nous devons combattre avec détermination et ferveur. Le chemin est difficile, tant les personnes vulnérables sont de plus en plus nombreuses… Et c'est un devoir que de les protéger. En proposant une société plus humaine, c'est-à-dire qui ne promeut pas un faux humanisme où l'homme n'est qu'une conscience de soi et le seul objet « d’études ».

Yves Matthieu DAMON.


Ajouté le 29/07/2012 par Yves Matthieu DAMON -